Un matin, de retour de la forêt, une lumière scintillante transperce mon corps… Sort de ma bouche un fil blanc. 

Je tire, je tire, je tire encore. J’arrive jusqu’en ville.

Avec le fil, je dessine une marelle. Je saute à deux pieds dedans pour aller de la terre jusqu’au ciel. La ville toute entière est sidérée de me voir là, assise sur un nuage rond au pantalon blanc.

Carnaval de fils blancs. Je démêle le nuage fil par fil. Il ne lui reste que son pantalon. J’enfile le vêtement et je danse allègrement.

J’atterris sur le pavé et le pantalon disparaît.  

© Anne Guinot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s